J’ai succombé au chantage du bonbon!

education-enfant-souris-maman

Et oui!

Jusqu’à présent, je ne me rendais pas compte à quel point tout avait été facile avec mes trois cheeses. Pas de période dite « terrible two », des caprices à faiblesse dose facilement gérable avec une explication claire, bref rien à signaler juste une pointe d’ennui et d’envie d’aventure à gérer.

Puis mon tendrecroque est arrivé, il a grandi et aujourd’hui du haut de ses 26 mois, mon quotidien est bien différent!

Je croyais sottement qu’en agissant comme je l’avais fait avec les autres, il prendrait le même chemin. Je suis une maman « dialogue » pour qui la communication prime et dont les secrets sont bannis. Parler de ce que nous ressentons, mettre des mots sur nos émotions tout ça fait partie de notre quotidien. On rit comme on pleure, on blague comme on recadre, on s’amuse comme on se chamaille, c’est tout simplement ma vision du bonheur et de l’harmonie familial.

Et là, la claque….

Celle qui a révélé mes faiblesses, mes craintes et mes doutes. Celle qui m’épuise, me culpabilise et me déstabilise.

Alors j’ai cherché un réconfort, minime soit-il, m’y accrochant désespérément pour enfin trouver une réponse…

A-t-il un trop plein d’émotions? Alors je lui parle, le rassure, je sais qu’il écoute mais rapidement il faut me rendre à l’évidence, le vent emporte bien loin nos échanges.

Souffre-t-il d’un manque d’attention? Est-il jaloux? A-t-il du mal à trouver sa place dans la fratrie? Alors régulièrement, je me remets en question, avant d’agir je réfléchis et pense faire au mieux en redoublant d’attention, en changeant mon rythme pour le caler sur le sien. Le partage se multiplie et même dans l’amour et la complicité, il y’a un bug!

Finalement je me dis que ma seule arme disponible est la patience. Le hic?

Le stock s’écoule….s’épuise….

On me disait zen, je deviens un chouia aussi colérique que lui, on me disait bienveillante, je deviens agressive, on me disait aimante, je deviens détachée alors au jour le jour détestant ce personnage immergeant et pour le fuir je cède quand le motif me paraît futile.

J’ai le sentiment dans ces cas-là de choisir la facilité, d’aller à l’encontre de mes valeurs mais surtout d’échouer.

Constat amer.

Puis je me dis que demain est un autre jour, la bonne farce car le moindre non, je ne veux pas, cri ou désobéissance me rappelle que rien n’a changé.

Alors oui, en rentrant dans le supermarché, j’ai deviné qu’une fois de plus que d’enfiler sa veste afin qu’il n’attrape pas froid, serait inévitablement le début d’un merveilleux trépignement accompagné d’une splendide cacophonie alors je me suis baissée et je lui ai murmuré le mot magique afin d’avoir la paix!

C’était le pompon! Jamais, je n’ai usé de ruses avec les 3 autres, une première dont je ne suis pas très fière….

Voilà…comment on peut se sentir bien seule!

Rassurez-vous mon optimisme n’a pas quitté le navire et c’est tout naturellement que je saisis le bonheur ailleurs…devant une complicité extraordinaire entre frères, par exemple.

Je ne sais pas si ce sentiment d’impuissance, vous l’avez déjà ressenti mais si oui, je vous comprends..

Bises

 

source de l’illustration dreamster

 

 

 

Publié par

Bienvenue Moi c'est Steph, la quarantaine me guette mais auprès de mes enfants j'ai l'impression d'en avoir 5! J'aime la vie, ma famille, lire, écrire, jouer à la maîtresse, me faire jolie, vivre en green et la bonne bouffe maison! Et sûrement plein d'autres choses...à vous de le découvrir sur Souris...Maman :)

26 commentaires sur « J’ai succombé au chantage du bonbon! »

  1. Ici, c’est ma grande qui fait des crises difficiles à gérer (dommage, j’aurais bien aimé en avoir 3 plus faciles avant 😉 Parfois, à bout de patience, je cède sur tout : rester en pyjama, ne pas se laver les mains, se gaver de chips ou de biscuits… Tout pour ne pas avoir à l’entendre couiner. Mais je lui dis clairement : que je ne suis pas d’accord, que si elle était plus coopérative, ça se passerait différemment et que je ne la laisse faire que pour avoir un peu de paix. Ce n’est pas une solution satisfaisante mais c’est la moins mauvaise que j’ai trouvé…

    Aimé par 1 personne

    1. je te comprends…je crois qu’il y’a des périodes aussi où notre esprit et notre corps ne nous permet pas d’être aussi vaillant pour faire face à ses passages alors on cherche une sortie comme on peut …moi aussi je lui dis que je ne suis pas d’accord et pour ça, je suis sûr que nous avons raison après avec le temps (l’école, les activités…etc) ça s’arrangera, faut pas baisser les bras (je sais plus facile à dire qu’à faire 🙂 ) gros bisous ❤

      Aimé par 1 personne

  2. Ou la la!! C’est du vécu, Fripouille fini par nous avoir à l’usure, il est capable de couiner, couiner, couiner jusqu’à ce qu’épuisement s’en suive! Selon notre état de fatigue… Nous résistons où nous craquons pour ne plus l’entendre! C’est pas jojo ça nous fait culpabiliser mais bon, c’est parfois si difficile de tout mener de front!
    Courage il y a des hauts et des bas comme pour tout!
    Bisou

    J'aime

    1. je ne sais pas si tu te souviens mais une fois tu avais écrit un billet « au supermarché » et si je me souviens bien, je t’avais répondu que ça ne m’était pas encore arrivé mais…bah voilà! on y est crotte de bic!!! 🙂 bisous et merci ma copine d’être là et de partager ❤

      Aimé par 1 personne

      1. De rien avec plaisir! 😉
        Oui oui je me souviens! Zut alors!
        En connaissance de cause, je te le dis ça passera puis ça reviendra (sûrement) perso je suis convaincue que notre état émotionnel contribue énormément! (M’enfin je dis ça, je ne suis pas psy et je n’en ai qu’un!) 😉
        Bizzzzz

        Aimé par 1 personne

  3. Ce sentiment d’impuissance je l’ai maintes fois ressenti. J’ai déjà eu honteusement recours au bonbon… Une amie psy pour enfants m’a dit un jour qu’il ne fallait pas que cela m’inquiète, que cela pouvait même être un point de départ pour une prise de conscience chez l’enfant de ce qu’on attend de lui, si , bien sur, on ne rend pas cela systématique. Ca m’a bien déculpabilisé !
    Courage !

    J'aime

    1. merci marie pour tes paroles et ton partage, ah c’est pas tous les jours rose mais bon, on a conscience de nos faiblesses et en y pensant bien, je crois que c’est un grand pas 🙂 courage à toi aussi, je t’embrasse

      J'aime

  4. Comment dire? C’est difficile mais voilà juste le doigt dans l’engrenage car il y aura une prochaine fois et encore et encore et comment s’en sortir après … La fermeté est difficile la première fois mais le terrain est préparé pour toutes les autres fois. Bref, ce sont les fondations qui demandent le plus de doigté…belle soirée avec le sourire…

    Aimé par 1 personne

    1. je suis d’accord avec toi, ça doit pas être systématique mais là j’avoue je n’avais pas envie de me battre… merci pour ton commentaire car ça fait du bien aussi de l’entendre qu’il ne faut pas se faire « bouffer » bises

      Aimé par 1 personne

  5. Par où commencer? En lisant ton article j’ai cru que l’on avait eu une transmission de penser aujourd’hui… Ici c’est la grande qui met à mal tous mes efforts. Elle a tjs été une enfant « dynamique » (j’adore ce terme…) mais elle est devenue aussi insatisfaite, souvent incapable de gérer ses émotions ou ses réactions. Elle me pousse à bout et je m’emporte vite, trop vite malgré toute ma culpabilité et mes promesses le soir pour ma façon de réagir le lendemain. J’ai le sentiment que qqle chose ne va pas, voir qu’elle est peut-être pas complètement heureuse… Aujourd’hui j’ai même pris la décision de prendre l’avis, l’aide d’une tierce personne. Je ne sais pas si elle ou moi (ou les deux) en avons besoin mais tous les livres que je lis be m’aide pas. Et j’ai mal de cette situation. Alors merci pour cet article. Je n’aurais jamais pu l’écrire, par pudeur, par « honte » de ne pas/plus gérer mais qqle part on se sent moins seule de voir que les recettes magiques ne marchent pas à tous les coups.
    Bonne soirée et belle rentrée!

    J'aime

    1. ah ma jolie, on n’est pas au bout de nos peines malheureusement…zut de crotte mais le positif tu as eu le courage de voir que tu avais besoin t’aide difficile à faire et à s’avouer, ce qui prouve que tu es attentive (et que tu déchires super mom). c’est tellement frustrant de voir qu’on essaie de faire pour le mieux et qu’on échoue même si je pense qu’on échoue pas complètement puisqu’on a le fort désire d’apporter du bonheur et de les aider à s’épanouir. moi non plus y’a pas grand chose qui m’aide ou bien je suis devenue tellement hermétique que je n’arrive pas à faire preuve de discernement….honte pourquoi? on est tes amies ❤ moi aussi j'avais les boules d'écrire ce billet mais vous m'avez toujours apporté bienveillance alors ….c'est plus facile , je t'embrasse bien fort et si tu veux partager la suite de ton cheminement, n'hésite pas à te confier ça fait du bien au coeur et au moral ❤

      J'aime

  6. La stratégie du bonbon peut être efficace et évite parfois une crise. Mais ça peut être aussi un piège. Avec ma grande pas de souci. Mais la petite en est arrivée à faire des crises rien que pour avoir des bonbons 😦

    Aimé par 1 personne

  7. Pfiou oui ce ne doit pas être évident à vivre comme période. Même lorsqu’on se dit que chaque enfant est différent, quand une phase est bien passée pour les autres, on se dit que ça passera pareil pour le dernier… Je comprends grandement ta remise en question et ta culpabilisation. Dire, avec de grands airs qu’il ne faut jamais céder est facile mais quand la fatigue et la colère prennent le dessus…
    Je n’ai qu’une seule fille pour l’instant, nous sommes relativement instransigeants avec elle pour éviter les crises et les colères plus tard… Nous croisons les doigts…

    Ps: Je ne découvre ton blog que maintenant mais j’ai hâte de découvrir les anciens articles 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Hello papa backstage, je viens de te laisser un petit com moi aussi pour la super nouvelle 🙂 oui difficile quand tu n’as jamais connu ça! jamais les 3 autres ne m’ont fait un tiers que ce que lui il me fait! comme quoi chaque enfant est différent et j’avais tendance à l’oublier, je sais que c’est un passage alors en attendant je vais faire mon stock de patience et de fermeté 🙂 merci pour ta visite bonne journée

      J'aime

  8. Pas toujours évident de savoir comment réagir face à une colère enfantine, parfois on est complètement désarmé et oui ils ont le pouvoir d’épuiser les stocks de patience. Mais ce ne sont que des phases (certes difficiles à gérer), ne t’inquiètes pas, cela va passer. En plus tu es une super Maman alors rassures toi, ce n’est pas un petit bonbon qui va changer ça.

    Aimé par 1 personne

  9. Oh oui je te comprends! Quelle chance d’en avoir eu 3 « sans histoires »! Bon ok j’avoue que ce sont surtout les filles qui m’en font baver… l’effet jumelle? peut-être… mon grand loulou lui a toujours été facile à calmer et à raisonner… les filles c’est plus galère! T’es une maman qui déchire! ça se lis dans tes article, alors t’inquiète ce n’est surement qu’une phase… après tout c’est humain 😉 gros bisousssss

    J'aime

Alors qu'en pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s